3 étapes pour développer son intuition

Dernière mise à jour : 23 nov. 2021

Comment l'intuition se manifeste-t-elle ? Comment la reconnaître ? Comment fonctionne-t-elle ? J'ai eu envie de creuser ces questions pour changer un peu des thèmes sur lesquels je m'exprime depuis quelques semaines.

Pour répondre à ces questions, je vais partir d'un exemple qui me concerne.


Il y a deux ans, j’ai décidé de quitter l'emploi que j’occupais dans une enseigne nationale, connue et reconnue. J’avais un poste de manager intéressant. L’entreprise pour laquelle je travaillais portait des valeurs importantes pour moi et j’avais la liberté de les appliquer auprès de mes équipes. Ce n’étaient pas des valeurs de surface comme on dit souvent. Elles étaient profondément ancrées dans cette entreprise depuis sa création. C'est pourquoi, je me sentais alignée avec ses décisions.



Etape 1 : Apaiser le mental

tête dans les nuages

Pourtant, malgré tous ces points positifs sur le papier, je ne me sentais plus à ma place dans mon job. Je ne trouvais plus de sens à ce que je faisais quotidiennement. Je me sentais lasse. Je me fatiguais inconsciemment car j'étais très agitée. Quand je m'imaginais quitter mon emploi, je ressentais un petit quelque chose en moi, mais mon mental prenait rapidement le dessus et étouffait mon intuition qui tentait de me parler.

J'ai profité de congés d'été pour tenter de me détendre, car je sentais bien que cette agitation n'était pas bénéfique pour moi. Mais j'étais dans un brouillard épais et je ne voyais rien à un mètre de moi.


Réussir à écouter son intuition demande beaucoup de présence à soi, d’auto-centrage et même d’ancrage. On l'appelle souvent le 6ième sens. L'intuition est tellement subtile qu'il est plus difficile de la reconnaître que les 5 autres sens.


J'ai donc pratiqué des exercices pour me détendre l'esprit, pour apaiser mes pensées : méditation, marche dans la nature, admiration d'un coucher de soleil sur la plage, etc...

Je me suis posée, j'ai pris le temps de ne rien faire. J'ai profité de ces congés pour y arriver au mieux. J'ai laissé plus de place à mon esprit plutôt qu'à mon mental. Et petit-à-petit, je commençais à ressentir des choses. Aujourd'hui, avec le recul, je peux affirmer qu'à ce moment-là, je commençais à entrevoir ce qu'essayait de me dire mon intuition.


Laisser de la place à l'esprit plutôt qu'aux pensées permet de laisser de côté les peurs, les doutes qui nous empêchent d'avancer. Ces peurs et ces doutes alimentent le brouillard dont je parlais plus haut. Plus ces peurs et ces doutes sont grands, plus le brouillard s'épaissit.



Etape 2 : Donner la place à la confiance en soi


Mon intuition me parlait, non, elle me criait plutôt, des choses depuis bien longtemps. Mais j’étais incapable de les entendre, de les ressentir, de les reconnaître jusqu'à ce jour d'août 2019. Je l’ai enfin écoutée pour de bon. Je crois qu'à ce stade, je n'avais plus le choix !!


C’est un apprentissage qui est lié à une prise de confiance en moi.


J’avais besoin de croire en moi, en mes rêves, en mes projets pour passer à l’action ; c’est ce que j’ai fait. Cela ne veut pas dire que je n’ai pas eu de peurs. Pour être précise, ma confiance en moi s’imposait quand je réussissais à faire taire mes peurs, et elle s’évanouissait quand mes peurs prenaient le dessus.

émoticône de peur

En effet, la confiance en moi est liée à mes peurs : peur d’échouer, peur du regard ou pire du jugement de l’autre, peur de ne pas le mériter, etc… Tout se passe au niveau du cerveau, au centre de l’amygdale. Ce noyau gère nos peurs pour notre survie sous forme d’alertes. Mais il gère également les peurs justifiées ou non qui sont liées à des situations qui ne sont pas forcément effrayantes, en tous les cas, qui ne le sont pas pour notre survie. Elles restent néanmoins réelles. Les ignorer est tout simplement de l’ordre de l’impossible.


Pour réussir à laisser exprimer la confiance en soi, il est bon d'y aller par étapes, parfois seul, parfois en demandant de l’aide. Cette aide peut être la famille, les amis ou un professionnel comme un coach par exemple (au hasard) !


  • J'ai donc décidé premièrement d’accepter mon manque de confiance en moi et les peurs qui s’imposaient de toute leur force. Je les reconnaissais et je les accueillais.

  • Je me suis ensuite dit que pour chaque peur, il existait une émotion positive, je la cherchais et je finissais par la trouver. Il existe des messages positifs comme « il n’y a pas d’échecs dans la vie, il n’y a que des expériences », « se planter permet de pousser », « les erreurs du passé nourrissent l’expérience du présent » que l'on peut se réciter régulièrement.

femme heureuse

Gérer ma confiance en moi a permis de créer dans mon cœur un espace disponible pour accueillir mon intuition. Je me suis répété ces phrases telles des mantras et je les ai assimilées.

Je me suis donc concentrée sur les réussites de mon passé. J'ai visualisé les expériences positives qui me disaient "tu as réussi une fois, il n'y aucune raison de ne pas réussir à nouveau".


Une fois mon mental apaisé et mes émotions gérées, je me sentais capable enfin de "descendre" dans mon corps pour écouter totalement mon intuition.



Etape 3 : Se connecter à son corps


Mon intuition me lançait un message : j’avais besoin de vivre une nouvelle aventure, sortir de ma zone de confort, me rendre utile d’une autre manière.

Et comment le faisait-elle d’après vous ? Difficile de répondre à cette question. C’est quelque chose d’imperceptible, de non-concret.

L’intuition se manifeste autour d’une sensation corporelle. Ce n’est pas une émotion, ce n’est pas une phrase mentale non plus. C'est une sensation qui dérange, qui se loge quelque part entre le ventre et le cœur. C'est à peine perceptible et pourtant bien présent.

Cela me fait penser à une phrase que j’ai entendue dans une conférence de Matatea Ganchy qui disait en parlant de sa vie "lorsque j’ai peur, je sais que c’est là que je dois aller". Je trouve cette idée riche de sens et du coup, rassurante.

pierres de massage

J’ai appris à écouter les sensations de mon corps pour reconnaître ses messages subtils. Par exemple, j'ai appris à reconnaître les larmes intuitives. Je pleure quand quelque chose se passe en moi de manière profonde. Grâce à la première étape qui consiste à apaiser mon mental, je réussis à mieux me connecter à mon corps. Ma partie intuitive, instinctive peut alors s'exprimer pleinement.



Mon histoire repose sur ces 3 étapes que je peux aujourd'hui clairement identifier. A l'époque, c'était loin d'être le cas, mais au final, mon intuition m'a guidée, elle a fait le travail que consciemment j'étais bien incapable de faire. Mon intuition a fait basculer mon inconscient dans ma conscience pour m'aider à prendre les bonnes décisions. L'intuition a quelque chose de magique, elle ne se trompe jamais, car elle est au service de ce qui est bon pour nous.

Très clairement, il s'agit au travers de ces 3 étapes de vivre un alignement Tête-Cœur-Corps. Quand on se sent aligné, on est capable d'entendre notre intuition.



Einstein a dit : « La seule vraie chose précieuse est l'intuition. »

37 vues

Posts récents

Voir tout