top of page

Palette des émotions et leadership

Dernière mise à jour : 21 mars

Passionnée de management avec plus de 20 ans d'expérience, je souhaite vous partager des thèmes spécifiques pour vous accompagner dans votre développement professionnel, et vous inspirer à travers mes expériences, mes apprentissages, mes lectures.



Emotions



Aujourd’hui, parlons de

La palette des émotions



Pour la petite histoire

Je fais partie de cette génération qui a découvert la signification d’une émotion vers l’âge de 40 ans. Cela ne signifie pas que je ne ressentais pas d’émotions avant cet âge, fort heureusement. Mais il m’était extrêmement difficile de les reconnaître et encore plus compliqué de les nommer.


Professionnellement, je ne me suis mise en colère que de rares fois. Je me l’autorisais surtout lorsque mon agent de sécurité faisait des interpellations pour vol, comme si j’avais le droit étique de me mettre en colère contre ces personnes. Un des plus beaux compliments que l’on pouvait me faire était que je ne me mettais jamais en colère. J’assimilais cette émotion à un manque de professionnalisme.

Il y a quelques années, j’ai pris conscience qu’en réalité, si je suis honnête avec moi-même, je ressentais de la colère très souvent. Cependant, je m’interdisais de l’exprimer et même de la ressentir si possible. Un vrai leurre !!! Ce n’est pas parce que je la reconnaissais pas que je ne la ressentais pas. En la niant, je finissais par somatiser et j’étais devenue une cliente régulière chez mon ostéopathe, un peu trop régulière à mon goût.


Et en même temps, j’étais une personne (et je le suis encore) très sensible, capable de pleurer devant mon chef, chose que j’avais beaucoup de mal à assumer. C’était comme si, étant une femme, j’accentuais une fragilité toute relative.


En réalité, en me fermant à mes propres émotions, j’étais fermée à celles de mes équipes. J’ai appris avec le temps à développer mon intelligence émotionnelle pour progresser en tant que leader.



Mon apprentissage


« Les émotions ont un rôle crucial dans notre management ! »

L'étymologie du mot "émotion" provient du latin "movere", qui signifie "ébranler" ou "mettre en mouvement". Le terme "émotion" est associé à l'idée d'un mouvement interne ou d'une perturbation qui ébranle l'esprit ou le corps. Cela reflète l'idée que les émotions sont des réactions intenses et complexes qui peuvent mettre en mouvement notre état d'esprit et notre physiologie.

L'étymologie du mot souligne également la nature dynamique et changeante des émotions, qui peuvent surgir soudainement et influencer notre comportement et nos réactions face à des influences internes et externes.

Les émotions contribuent à la compréhension de notre monde, de notre environnement. Elles influencent nos choix, nos interactions sociales et notre bien-être émotionnel.


1- La joie est une émotion agréable qui favorise les interactions positives avec notre entourage. Elle contribue à la création de liens sociaux en encourageant le partage de moments heureux avec les autres. Elle développe la créativité via le plaisir qu’elle génère.

2- La peur est une émotion de survie. Elle nous prépare à réagir face au danger de trois manières différentes : la fuite, le combat ou la tétanisation. Elle nous informe d’un danger ou d’une menace en nous connectant à notre pouvoir d’anticipation. Ce danger peut être réel ou imaginaire. Dans ce dernier cas, la peur peut être plus bloquante que stimulante.

3- La colère est une émotion de protection. Elle nous permet de réagir face à une injustice, une frustration ou une menace. Apprendre à l’exprimer sans heurter notre entourage est un vrai défi pour certains d’entre nous.

4- La tristesse est une émotion qui est liée à la perte, la déception ou la séparation. Elle favorise le besoin d’isolement, de repli sur soi ou au contraire le besoin de lien social. Elle est nécessaire pour le processus de guérison en favorisant la réflexion, l’introspection.


Nous sommes inégaux quant à la gestion des émotions. Certains d’entre nous sont capables de ressentir, nommer la plupart des émotions avec précision, justesse et authenticité, quand d’autres ne réussissent pas à en nommer une seule et que d’autres encore réussissent à le faire seulement dans certaines circonstances.

Les émotions sont accompagnées de réactions physiologiques dans le corps qu’il est souvent plus facile de reconnaître et de nommer : les sensations corporelles, les changements dans la respiration, le rythme cardiaque, la température corporelle, etc…

A partir de ces sensations, reconnaître l’émotion associée permet ensuite de chercher à comprendre ce qu’elle souhaite nous donner comme information. L’émotion ressentie ne nous caractérise pas, elle est juste une messagère.



Mon approche


Pour aller plus loin, améliorer notre gestion des émotions implique d'adopter une approche réfléchie plutôt qu'une réaction automatique face aux situations ou aux personnes qui suscitent ces émotions. Ces dernières influencent nos actions, nos réactions et nos interactions. Elles sont donc impliquées dans la réussite des équipes et dans les tensions et les conflits.


Il s’agit en réalité d’intelligence émotionnelle. Mayer et Salovey (deux universitaires américains, spécialistes en psychologie) ont défini l’intelligence émotionnelle comme « une habileté à percevoir et exprimer les émotions, ainsi qu'à la réguler chez soi et chez les autres », la première étape étant l’acceptation de nos émotions et de celles des autres.



Mieux se connaître développe grandement notre intelligence émotionnelle. En effet, pour trouver l’équilibre émotionnel, il est bon de vivre pleinement les émotions et de savoir faire face aux réactions émotionnelles incohérentes. Nos prédispositions personnelles jouent un rôle. Certains d’entre nous sont plus enclins à ressentir de la colère, de la tristesse ou de la peur, en fonction de notre personnalité.



En parallèle, c’est une excellente manière d’appréhender les émotions chez les autres. En effet, en apprenant à mieux se connaître, nous comprenons les différences avec les autres (collègues, amis, famille, etc…), ce qui nous permet de prendre le recul nécessaire pour ne pas nous laisser contaminer par les émotions d’autrui.

De cette manière, nous réussissons par exemple à garder le contrôle dans nos réactions face à une personne qui ose se mettre en colère frontalement. Cela a pour conséquence immédiate d’apaiser l’autre et de rendre la relation plus apaisée et ainsi faciliter la communication.


En bref, apprendre à reconnaître, accueillir et écouter les émotions est une excellente manière de favoriser des relations avec soi-même plus apaisées et avec les autres plus authentiques.



En tant que coach professionnelle et formatrice, mon accompagnement vise à :

  • Repérer votre type de personnalité pour comprendre quelles sont les émotions qui vous concernent le plus, pourquoi vous les ressentez fréquemment et comment mieux les gérer dans votre quotidien.

  • Reconnaître l’expression des émotions chez les autres pour apprendre à mieux communiquer, à prendre le recul nécessaire pour ne pas être autant impacté à votre tour.



Et vous ?


Quelle est l’émotion qui vous rend visite le plus souvent ?

Comment réussissez-vous à la gérer ?

Quelle est l’émotion que vous avez le plus de difficulté à gérer, chez vous, chez les autres ?




Daniel Goleman a dit : "L'intelligence émotionnelle, c'est la capacité à reconnaître, comprendre, utiliser, gérer et réguler ses propres émotions ainsi que celles des autres."


Sources :

  1. Livre "Intelligence émotionnelle" de Daniel Goleman

  2. Libre "Cultiver l'intelligence émotionnelle" de Daniel Goleman


Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page