top of page

Le feedback : comment en faire une force ?

Dernière mise à jour : 21 mars

Passionnée du management avec plus de 20 ans d'expérience, je souhaite vous partager des thèmes spécifiques pour vous accompagner dans votre développement professionnel, et vous inspirer à travers mes expériences, mes apprentissages, mes lectures.


Le feedback en communication

Aujourd’hui, parlons de

Feedback


Pour la petite histoire

Après avoir étudié la chimie et la cosmétologie, j'ai commencé à travailler dans une petite entreprise près de Paris en tant que responsable de laboratoire. Mon travail consistait à créer des produits cosmétiques en utilisant les matières premières de l'entreprise. En plus de cela, j'avais la responsabilité de superviser deux stagiaires.

Quand je regarde en arrière et que je me regarde à 24 ans démarrer ma carrière, je suis compatissante vis-à-vis de la personne que j’étais. Je n’avais pas idée de tout ce qui me manquait pour avancer sereinement. Et j’ai envie de dire heureusement ! J’aime beaucoup la citation de Mark Twain qui dit : « C’est parce qu’ils ne savaient pas que c’était impossible, qu’ils l’ont fait ». Ca résume assez bien mes débuts. Je ne connaissais pas grand-chose, mais malgré mon cruel manque de confiance en moi, je mettais un pied devant l’autre et j’avançais.

Lors de cette première expérience, il y a un élément qui m’a été salvateur. Le feedback ! J’en demandais à mon patron, à mon collègue direct et à mes 2 stagiaires. A l’époque, je ne bénéficiais pas de formation continue pour apprendre mon métier de manager. J’allais alors à la pêche aux infos. Pas de webinaires, pas de google, pas de Chat GPT, mais des collègues!



Mon apprentissage

« Le feedback est un excellent moyen pour apprendre et progresser ! »


J’étais demandeuse, donc j’étais prête à entendre toute la vérité et rien que la vérité (celle de mes collègues).

Pourquoi je vous dis ça ? Parce que donner un feedback ne s’improvise pas, il est autant nécessaire que destructeur (quand il est mené maladroitement).

Je vous propose quelques idées simples que vous pouvez mettre en pratique, que vous soyez manager débutant ou confirmé, les avoir en tête peut vous rassurer, vous conforter.

Je m’attarde plus particulièrement sur le feedback négatif qui est plus difficile à mener.


1- Le juste milieu en termes de timing !

Faire un feedback négatif trop à chaud peut vous empêcher de parler raisonnablement car encore trop sous le coup de l’émotion. Faire un feedback trop à froid (ressortir de vieux dossiers) n’a pas de sens pour votre collaborateur qui va vous reprocher le temps de latence trop long.


2- Le faire plutôt que l’être !

Faire un commentaire sur la manière dont la chose a été faite est bien plus percutant que de le faire sur la personne elle-même. Votre collaborateur peut faire autrement, en revanche, il lui sera difficile d’être autrement.


3- Des faits plutôt que des ressentis !

Apportez un regard sur les faits, les points observables et observés. Mettez un contexte précis. Et surtout évitez de partager uniquement des ressentis, des impressions. Les émotions n’ont pas réellement leur place à ce niveau de la conversation.


4- Le futur plutôt que le passé !

Orientez votre discours vers le futur car c’est bien là que tout est encore possible. Le passé est terminé et impossible à refaire. Projetez votre collaborateur dans l’avenir et partagez votre foi en lui. Vous croyez en lui !


5- Tendez l’oreille !

Faire un feedback de qualité demande de l’écoute, de l’attention, de la compréhension de l’autre et de ses propres modes de fonctionnement.

Ce qui est essentiel ici est de faire preuve d’empathie et d’aller visiter la vision que votre collaborateur a de la réalité. Elle est très certainement différente de la vôtre sans pour autant être insignifiante. Une fois votre feedback terminé, demandez à votre collaborateur de reformuler ce qu’il a entendu et compris. Ainsi vous êtes sûrs d’être sur la même longueur d’onde.


6- Ne cuisinez pas trop !

Dans les formations pour savoir donner du feedback, on parle souvent de la méthode sandwich. Il s’agit de commencer par un fait positif, enchainer par le fait négatif en question et enfin terminer par un fait positif. Oui et non ! Oui, si c’est fait naturellement et avec beaucoup de sincérité. Non, si vous le faites de manière mécanique, scolaire. Votre collaborateur vous aura vu venir de loin.



Mon approche


Si vous apprenez quelque chose, c’est bien ! Si vous connaissez déjà, voici un élément clé bien trop souvent négligé à mon sens : mieux vous connaître et mieux comprendre votre collaborateur.


Appendre la vision de votre collaborateur est une force. Cela vous donne une idée de la manière dont votre collaborateur peut réagir, ce à quoi il est sensible, ce qui est important pour lui.

Si le collaborateur a tendance à chercher la perfection, il peut se dévaloriser et se sentir négativement affecté si le manager insiste trop sur les attentes non validées. En revanche, si le collaborateur est plutôt orienté vers l'atteinte d'objectifs, il sera probablement plus réceptif à un feedback plus direct.

Il est donc important pour le manager de prendre en compte la personnalité de chaque collaborateur lorsqu'il donne un feedback pour que le discours soit cohérent et efficace.

En tant que coach professionnelle et formatrice, mon accompagnement vise à :

ü Développer des qualités telles que l’écoute, l’empathie, la communication et l’analyse pour donner un feedback constructif et efficace.

ü Connaître vos forces et vos limites et gérer vos émotions, ce qui vous permet de prendre le recul nécessaire pour optimiser votre feedback.



Et vous ?


Quel est votre pire ou meilleur feedback ?

Qu’est-ce qui vous a plu ou manqué ?

Et vous nouveaux managers, de quoi avez-vous besoin, qu’est-ce qui serait utile pour vous pour réussir vos feedback ?




William Bennett a dit : "Parfois il est essentiel de se souvenir que la reconnaissance est une vertu."


Sources :








Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page